C’est avec plaisir que j’ai rencontré Anne Breniaux lors de sa victoire sur le trail de la Grande Traversée des Mélèzes du Mercantour, sur le « petit » parcours de 28km et 1800m de dénivelé positif ! Anne a gentiment accepté de répondre à mes questions. Ne loupez pas ses réponses pleines d’enthousiasme !

 Présentation

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour je m’appelle Anne, j’ai 33 ans, je suis d’origine jurassienne mais j’habite à Marseille depuis 10 bonnes années maintenant !

Depuis combien de temps pratiques-tu la course à pied ?

J’ai commencé l’athlétisme assez jeune (vers les 10 ans je crois!), j’ai passé de chouettes années au DAC (Dole athlétique club) où j’ai découvert les joies de la piste, de la longueur, du disque et surtout du saut à la perche ! A l’époque le sport naissait tout juste chez les femmes en France et nous en avions profité avec mes copines pour participer aux championnats de France ! Super souvenir. Ensuite avec les études j’ai dû interrompre un peu cette pratique et j’ai repris il y a maintenant presque 10 ans (que le temps passe vite !!!) en m’essayant au semi puis au marathon ! Mais depuis 5 ans je ne fais plus une seule course sur le bitume ! Depuis que j’ai découvert le trail qui me ressemble et me convient beaucoup plus !

 

Anne Breniaux lors du GTMM 2012. Crédit photo : Franck Paillot de Courir à Paillon.

Le trail de la Grande Traversée des Mélèzes du Mercantour (GTMM)

Ce trail a eu lieu le dernier weekend de Juillet. Il se décline en 3 parcours, le grand de 58km et 3200m+, le « petit » de 28km et 1800m+ ainsi que les 21 derniers km ouverts aux randonneurs. Pour le parcours du 28km, le début est au milieu des mélèzes puis le parcours entre dans le Parc National du Mercantour et devient alors beaucoup plus minéral, avec le passage au col de l’Encombrette à 2527m à mi-parcours. La descente s’effectue avec en toile de fond le lac d’Allos, magnifique ! Bref, un superbe parcours et une organisation au top. J’ai mis ci-dessous le profil du parcours réalisé avec OpenRunner. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur OpenRunner et ses possibilités, je vous invite à voir la vidéo sur la préparation d’un parcours avec OpenRunner.

Profil du parcours 28km du trail de la Grande Traversée des Mélèzes du Mercantour (GTMM).

Avais-tu reconnu le parcours avant la course ? Le fais-tu en général ?

Non je n’avais pas reconnu le parcours à l’avance et je ne le fais pas en général (pas le temps ! mais sinon pourquoi pas !). Par contre, j’avais regardé précisément le parcours et son profil afin de savoir comment gérer mon effort, où j’allais remplir mon camel et avoir une idée du nombre de km restant quand je passerai aux ravitaillements. C’était chouette que les organisateurs proposent le tracé du parcours sur une carte IGN (téléchargeable sur le site) afin de repérer à l’avance ce que nous allions découvrir et ainsi ne rien louper !

Ton p’tit-déj avant la course ?

Des tartines de pain (céréales) et de compote (j’adore !),  c’est ce que je prends le matin en général, je ne change pas mes habitudes le jour de la course. J’évite peut-être juste le jus d’orange et le café (j’prends un thé).

Ton échauffement avant la course ?

On est allé gambader 10min avant le départ histoire de préparer un peu le cœur au départ un peu rapide qui nous attendait.

Dans la montée vers le col de l’Encombrette (1000m de dénivelé positif d’une seule traite !), tu relançais et courrais dès que le terrain était un peu moins pentu alors que beaucoup de coureurs continuaient de marcher. Travailles-tu cette aptitude spécifiquement à l’entraînement ?

Euh pas trop… il me semble. On n’a pas trop ce genre de montée à Marseille. Ça monte souvent de façon plus raide et plus court. Là, je me suis forcée à courir le plus longtemps possible car c’est très difficile de se remettre à courir quand tu t’es mise dans le mode « marche ». Du coup je ne courrais vraiment pas vite mais au moins je ne m’arrêtais pas. J’ai bien aimé cette côte progressive.

Il y avait 2 ravitaillements, aux 6ème et 20ème km, comment as-tu géré ton hydratation et ton alimentation (fréquence, quantité, etc.) ?

Je ne me suis pas arrêtée au 1er et au 2ème j’ai juste re-rempli mon camel d’eau et mangé un quartier d’orange.
Sur toute la course j’ai dû boire au moins 2,5l d’eau (pour 3h40 d’effort) et j’ai pris un gel au ¾ de la montée (je n’ai pas eu faim de la course). Pour moi l’eau est hyper importante. C’est mon carburant ! Je n’ajoute rien dedans. Je bois sans arrêt des petites gorgées. Le camel back est bien pratique pour ça, je trouve que le porte bidons demande plus d’effort et t’incite moins à boire.

Quelle a été ta gestion de la course ?

Je me suis un peu forcée à partir fort du fait du goulet d’étranglement qui nous attendait quelques mètres après le départ. Puis j’ai géré tranquillement tout le long. Je suis plutôt du genre prudente et en garder sous la semelle au cas où ! J’ai bien fait car la descente demandait encore de l’énergie. J’ai pu en profiter et m’amuser avec toutes les petites relances, sauts, virages à prendre à vive allure ! J’adore la descente mais depuis un certain temps j’ai mal aux genoux et j’essaie de ne plus descendre à fond, en tout cas si la pente est raide.

 L’entraînement

Une semaine d’entraînement type ?

Ces 3 ou 4 derniers mois c’est un peu le bazar, je suis beaucoup en déplacements et j’ai plein d’entrainements qui sautent. Mais prenons cet hiver comme exemple :

  • un entrainement d’escaliers
  • une séance de piste pour faire des fractionnés (dans la mesure du possible ou sinon un footing)
  • une sortie « longue » de 2h environ dans la colline

Ton terrain d’entraînement favori ?

Les calanques ! Je suis une grande fan ! Je continue à m’émerveiller à chaque sortie et découvre encore de nouveaux sentiers malgré tout le temps déjà passé.

Pratiques-tu d’autres sports ?

Je fais du vélo pour me déplacer et j’ai commencé un petit peu à nager pour soulager les articulations de mes genoux, je ne suis pas fan de la natation mais je me force un peu et je commence doucement à y prendre gout! Je fais aussi de la randonnée.

Utilises-tu un cardio ? À l’entraînement ? Pendant la course ?

Pas de cardio

Et le GPS ?

Pas de GPS

Comment choisis-tu tes courses (disponibilité, proximité, courses objectifs, etc.) ?

J’aime bien varier ! Découvrir des nouveaux trails ! C’est souvent le coin et les paysages qui me décident !

As-tu une diététique particulière ?

Non pas vraiment… Je suis très gourmande et l’avantage du sport et du trail c’est que tu peux te permettre de faire certains écarts… tu sais que tu grilleras pas mal de calories lors de ta prochaine séance 😉  !

J’essaie juste de manger équilibré. Si je faisais des distances plus longues je m’y intéresserais peut-être un peu plus (compléments alimentaires).

 Motivations

Comment es-tu arrivée à la course à pied ?

En complément de ce que j’ai dit au début, l’avantage de la course à pied (comparé à l’athlétisme ou d’autres sports), c’est que tu peux la pratiquer partout et n’importe quand ! T’as juste besoin de mettre ta paire de baskets dans ta valise et tu peux galoper lors d’un déplacement, week-end, vacances ou autres ! C’est très pratique ! Pas besoin de structures ou matos particuliers.

Pourquoi cours-tu ? Qu’est-ce qui te fait plaisir dans la course à pied/trail ?

C’est une bonne question ! Ce que je sais c’est que ça équilibre ma vie. Ca me permet d’évacuer le stress du travail, ça me permet de bouger (je reste toute la journée sur une chaise devant un ordi) et ça me permet de me connaitre, de dépasser mes limites… plutôt utile quand on n’a pas trop confiance en soi ! C’est très épanouissant ! Et j’ai la chance de faire partie d’un super club de trail (le Marseille Trail Club), je partage ainsi ma passion avec des gens formidables, ce qui donne encore plus de sens aux choses !

Le mot de la fin

Si tu n’avais qu’un conseil à donner aux débutants qui commencent la course à pied ?

Ne faites pas comme moi, ayez confiance en vous, jetez-vous à l’eau ! On est plein de ressources qu’on ne soupçonne pas et c’est en se lançant les défis les plus fous qu’on peut s’en rendre compte !

Merci encore à Anne d’avoir accepté de répondre à mes questions. J’espère que vous avez apprécié ses réponses pleines de bonne humeur, et pour ceux qui hésitent encore à se lancer dans une première course, « jetez-vous à l’eau » 😉

Envie de progresser ?

Alors j'ai ce qu'il vous faut : un guide pour débuter en toute sérénité, avec des exemples de séance, des conseils sur le matériel, l'échauffement, la nutrition, la motivation, bref, tout pour bien commencer et mettre toutes les chances de votre côté pour que la course devienne rapidement un plaisir et non une contrainte, et pour longtemps 😉

Cliquez-ici pour apprendre à progresser en toute sérénité

À tout de suite !