Cela faisait un moment que je lorgnais sur le Ventoux. Forcément, on le voit de partout dès qu’on se balade en Provence. Déménageant prochainement, je ne voulais pas quitter le quart Sud-est sans être monté au Géant de Provence. C’est maintenant chose faite, depuis le weekend dernier ! Voici le détail de la sortie.

Bien sûr, on peut monter au Ventoux en voiture, mais vous vous en doutez, ce n’était pas le but. D’ailleurs, cette sortie avait un objectif bien précis : en manque de repère (pas de course depuis le début de l’année), je voulais me tester pour situer mon état de forme et voir si mon entraînement des derniers mois avait été bénéfique ou non.

Le parcours de la sortie au Ventoux : face Nord intégrale

Le choix de l’itinéraire

Pour l’itinéraire, j’ai d’abord regardé les parcours du Trail du Ventoux :

– un 46km : trop long pour cette sortie ;

– un 26km mais qui ne monte pas au sommet.

Aucune de ces 2 options ne me convenait. Sur Openrunner, beaucoup de sorties sont référencées avec «Ventoux » en mot clé, mais beaucoup sont des sorties cyclisme (et oui, forcément, c’est une ascension mythique !), et rien ne me convenait dans les catégories « Course à pied » et « Trail ».

Je commençais donc à regarder la carte IGN pour faire mon propre itinéraire quand je suis tombé sur ce topo de randonnée « Mont Ventoux (1911m), versant nord intégral par la chapelle Ste Basile ». C’est justement par la face Nord que je souhaitais monter : c’est de ce côté que j’habite, donc moins de trajet, et avec la chaleur ces derniers jours, autant éviter le côté Sud.

Concernant la longueur et le dénivelé : 23km et 1500m de dénivelé positif annoncés, ce qui correspond environ aux trails courts qui sont souvent proposés.

Je n’avais pas mis cette astuce dans l’article sur comment trouver des itinéraires en course à pied, mais les topos de randonnées peuvent être une bonne source d’inspiration, la preuve ! Autre astuce : je n’avais pas pensé à chercher dans la catégorie « Randonnée pédestre » sur OpenRunner, il y a pourtant des sorties qui ont l’air sympa face Nord du Ventoux.

L’itinéraire en détail

Même s’il n’y a pas vraiment de suspense sur le profil (une montée et une descente !), j’ai tracé le parcours sur OpenRunner (si vous ne connaissez pas, je vous renvois à cette vidéo où j’explique comment tracer un parcours). Voici donc le parcours sur fond de carte IGN :

Itinéraire de la sortie longue au Ventoux, par la face Nord, depuis la chapelle Sainte Basile

Itinéraire de la sortie longue au Ventoux, par la face Nord, depuis la chapelle Sainte Basile : 23km et 1500m+.

Et le profil altimétrique :

Profile altimétrique de la sortie : une seule montée et une seule descente, on ne peut pas faire plus simple !

Profile altimétrique de la sortie : une seule montée et une seule descente, on ne peut pas faire plus simple !

Il n’y a que le premier kilomètre qui est sur un chemin de petite randonnée (PR, balisage jaune), le reste s’effectue sur le GR9 puis sur le GR4 (balisage rouge et blanc, comme tous les GR). L’ensemble est bien balisé, et même si le Mont Ventoux n’est pas indiqué tout de suite sur les panneaux, il n’y a pas de problème particulier pour suivre l’itinéraire.

Préparation et contenu du sac de trail

La boisson

Tout commence par là : que mettre dans le sac ? Et surtout, quelle quantité de boisson emporter ? Je commence par évaluer la durée de la sortie, en prenant la fourchette haute : 2h30 de montée, 1h30 de descente et 30’ en haut (et oui, ce n’est pas une course, j’ai le temps de profiter du sommet !), ce qui nous donne 4h30. Je sais que je suis large, mais je préfère garder une marge de sécurité.

Je ne suis pas un gros buveur, j’arrive péniblement à 0,5 Litre par heure d’habitude. Pour 4h30, je prévois donc 4,5×0,5 = 2,25L que j’arrondis à 2,5L (toujours à la hausse, surtout qu’il fait chaud).

J’aime bien préparer moi-même ma boisson énergétique. J’en prépare 2L pour la poche à eau, et je ne mets que de l’eau dans une bouteille de 0,5L. Je complète par un peu de pain au sésame (40g) pour le sommet, et un gel énergétique bio (25g) que j’avais eu lors d’une course.

C’est l’occasion de tester (enfin, continuer à tester) ma nouvelle poche à eau de 2L, gentiment fournie par Solentbay lors d’un partenariat de test de matériel. Pour compléter, je prends une bouteille souple d’un demi-litre. Pourquoi une bouteille souple ? Pour le bruit ! Une fois une bouteille classique entamée, l’eau fait du bruit dans la bouteille à chaque foulée, ce qui devient vite pénible. Avec une bouteille souple, la bouteille s’aplatit en même temps que la quantité d’eau diminue, ce qui fait qu’il n‘y a jamais d’air dans la bouteille, et donc pas de bruit d’eau.

D’ailleurs, pour la poche à eau, c’est pareil : il faut enlever l’air pour éviter le bruit. Il suffit pour cela de retourner la poche (la sortie du tuyau se retrouve en haut) afin d’aspirer l’air résiduel. Vous avez ainsi une poche à eau silencieuse 😉

Le reste du matériel

Le reste du matériel est du classique (pour info, j’ai mis le poids entre parenthèses) :

– téléphone portable (au cas où) (90g);

– appareil photo (163g);

– portefeuille (70g), clé de voiture (26g);

– lunettes de soleil (30g);

– une veste imper-respirante (240g) : veste imperméable et respirante. Et oui, même si c’est la canicule, il risque bien d’y avoir du vent au sommet (ce sera confirmé, cf. la photo) et il fera beaucoup moins chaud qu’en bas. De manière générale, c’est un élément de sécurité et un réflex : je la prends (quasi) toujours, au cas où. Étant donné qu’elle est légère, j’hésite d’autant moins à la prendre « en fond de sac ».

– sac de 5L, suffisant pour ce type de sortie (400g)

Le tout rentre dans mon sac de 5L sans problème. Sur la balance : 3,8kg (y compris la boisson).

Contenu du sac pour la sortie longue au Ventoux : tout y est, sauf l'appareil photo (forcément ;-))

Contenu du sac pour la sortie longue au Ventoux : tout y est, sauf l’appareil photo (forcément, je l’ai dans les mains !)

Récit de la sortie longue

Tout commence par une sonnerie de réveil…à 4h du matin. Et oui, avec la canicule, mieux vaut être en haut de bonne heure, et surtout en bas avant que la chaleur devienne étouffante. Petit déjeuner classique : pain + confiture maison, pas de thé (trop chaud !) mais seulement de l’eau avec du sirop (sirop d’acacia, fait maison, un régal !). Pas encore bien réveillé, mais heureusement j’ai tout préparé la veille : le sac est prêt, reste plus qu’à prendre la boisson au frigo. J’arrive quand même à partir en oubliant la montre + le cardio… heureusement, je m’en rends compte 30 secondes après être monté en voiture. Demi-tour express. Cette fois c’est bon, j’ai tout, même la casquette.

Le Mont Ventoux vu d'en bas, avant le départ, à l'aube. On devine la lune cachée par les nuages.

Le Mont Ventoux vu d’en bas, avant le départ, à l’aube. On devine la lune cachée par les nuages.

J’arrive sur place un peu avant 5h30, il ne fait pas encore jour. Un renard traverse la route, profitant de la quiétude de la nuit. Dans la voiture, le thermomètre annonce déjà 20 degrés, ça promet… J’attends quelques minutes pour éviter de prendre la frontale. J’en profite pour prendre la première photo du jour : le sommet avec la lune juste derrière, un peu cachée par les nuages.

5h40 : c’est parti. Départ à 410m, objectif 1910m, soit 1500m+ d’une traite. Le parcours commence par 1km en faux-plat montant sur une piste bien large, parfait pour un échauffement en marche rapide. Après, toujours sur piste, mais en moins bon état, la pente se redresse. Cette fois, c’est marche forcée… Et surtout, je trouve qu’il fait déjà bien chaud, il n’est pourtant pas encore 6h du mat !

Après 30’, première vue sur le sommet, et la pente s’aplatie : à partir de là, la pente est raisonnable, laissant la possibilité de courir. Ce sera le cas quasiment jusqu’en haut : une pente régulière et pas trop forte (autour de 10%), sur laquelle on peut courir. Le sentier est en grande partie en forêt, ce qui sera bien appréciable lors de la descente quand le soleil sera plus haut.

Première vue sur le sommet après une demi-heure environ de montée.

Première vue sur le sommet après une demi-heure environ de montée.

Bilan après une heure : 6,4km de parcourus, je suis à 1200m (donc 790m plus haut qu’au départ), soit un peu plus de la moitié de la montée aussi bien en distance qu’en dénivelé (et si j’atteignais le sommet en 2h ?). Fréquence cardiaque moyenne pendant cette première heure : 153bpm (80% FCM), même si en regardant ma montre je suis plutôt autour de 160bpm (84% FCM) depuis un moment : rythme soutenu mais largement soutenable. Et surtout, il fait plus frais qu’au départ, c’est appréciable ! Voici justement 2 photos prises peu après une heure de course : le jour continue à se lever, la lumière est superbe.

La lumière est superbe pendant le lever du jour

La lumière est superbe pendant le lever du jour

Un sentier comme on les aime, avec la lumière du matin, photo prise en me retournant car c'était pendant la montée !

Un sentier comme on les aime, avec la lumière du matin, photo prise en me retournant car c’était pendant la montée !

Je profite d’un replat après 1h15 pour faire une petite pause. C’est l’occasion de manger mon gel avant la dernière partie de l’ascension. Goût indéfinissable, difficile de trouver l’arôme dominant, mais ça passe quand même, ce n’est pas trop écœurant (je vérifierai une fois rentré que le goût supposé est « arôme naturel de fruits rouges », soit.). Je bois quand même un peu d’eau pure (dans ma bouteille souple !) pour faire passer.

La végétation évolue au fil de la montée : on passe d’une végétation à dominance de feuillus en bas, notamment avec des chênes, à une forêt de hêtres avec quelques mélèzes, puis aux résineux et enfin l’univers minéral au sommet.

Après 1h40 de montée, il n’y a presque plus de végétation :

Le sentier devient de plus en plus caillouteux, à mesure que l'on monte.

Le sentier devient de plus en plus caillouteux, à mesure que l’on monte.

Bilan après 1h40 : 4km parcourus en 40min, soit 6km/h et 450m de dénivelé positif. La FC moyenne sur ce 2ème tronçon est de 157bpm (82% FCM), je suis loin d’être dans le rouge (ce n’est pas le but de toute façon !). Je suis à 1650m, il reste 1,5km et un peu plus de 250m de dénivelé. Le somment est jouable en 2h, je décide d’accélérer le rythme. Sur la fin, la pente se raidit, autour de 20%, mais la tour caractéristique du sommet est en vue.

La végétation se fait plus rare à l'approche du sommet, et la pente se raidit ! Ça sent le sommet tout proche !

La végétation se fait plus rare à l’approche du sommet, et la pente se raidit ! Ça sent le sommet tout proche !

J’atteins finalement le sommet en 1h58’, bien content. J’enfile rapidement ma veste car le vent souffle. Comme la vue l’avait suggéré à la montée, le panorama n’est pas dégagé, on voit à peine la montagne de Lure, pourtant pas très loin. La table d’orientation indique la barre des Écrins, le mont Viso, mais ce sera pour une prochaine fois…

Surement pas le plus beau panorama depuis le Mont Ventoux, mais c'est sympa quand même, et désert ! J'apprécie !

Surement pas le panorama le plus dégagé, depuis le Mont Ventoux, mais c’est sympa quand même. Et c’est désert ! J’apprécie !

Vue vers le Nord, la vue est limitée, tant pis !

Vue vers le Nord, la vue est limitée, tant pis !

Je profite du sommet un bon moment, surtout qu’il n’y a personne. C’est très calme, mis à part le vent qui souffle. Je vois 2-3 cyclistes arriver et passer le sommet, pas plus. J’apprécie le moment, depuis le temps que je voyais le Ventoux d’en bas, de loin, de tous les côtés, me voilà en haut !

Je profite de la pause pour vérifier le niveau dans ma poche à eau : il me reste plus d’un litre sans compter la bouteille que j’ai à peine entamer. J’ai donc bu un petit litre à la montée, pas énorme. J’ai pourtant bu régulièrement et ça correspond environ à ce que je bois d’habitude. Je mange le pain que j’ai dans mon sac, et après près d’une demi-heure au sommet, j’entame la descente. Dernière photo avec la tour du sommet :

En commençant la descente, j'essaie de me prendre avec la tour mythique du Mont Ventoux. Le vent souffle, je supporte largement la veste !

En commençant la descente, j’essaie de me prendre avec la tour mythique du Mont Ventoux. Le vent souffle, je supporte largement la veste !

Après 2’ de descente, il n’y a plus de vent, j’enlève la veste et sort la casquette. Je me prépare à la chaleur d’en bas ! Heureusement, une bonne partie de l’itinéraire est en forêt. Je croise un chamois dans ce début de descente, un peu trop furtif pour que la photo ne donne quelque chose !

Comme la pente n’est pas trop forte, la descente est agréable, on peut se laisser « couler » vers le bas. Il n’y a pas de difficulté technique, la seule difficulté étant de rester concentré jusqu’en bas, car 12km et 1500m de dénivelé négatif, c’est tout de même long. Et en descente, tout va très vite. Je me retourne une dernière fois pour voir le sommet (la lumière a bien changé par rapport à la montée !) :

Vue vers le sommet pendant la descente. La lumière a bien changé depuis la montée. Je suis déjà bien descendu, la lavande est là !

Vue vers le sommet pendant la descente. La lumière a bien changé depuis la montée. Je suis déjà bien descendu, la lavande est là !

J’en profite aussi pour mouiller ma casquette, car la température monte. Le reste de la descente s’effectue sans problème, j’essaie de rester bien fluide. Je descends finalement en 1h05, j’arrive en bas peu après 9h.

Je regarde la voiture, ouf, elle est à l’ombre ! La bouteille que j’avais laissée dans le coffre est encore bien fraîche, c’est appréciable. Je commence à m’asperger avec le reste de l’eau du sac, plus chaude, et j’entends alors de l’eau qui coule, je traverse la route, et, au bonheur, la rivière (le toulourenc) n’est pas à sec. Je ne l’avais pas entendu ce matin au départ, surement trop concentré sur le Ventoux ! Il y a même une vasque qui a l’air bien sympathique :

Une vasque dans le Toulourenc que je n’avais pas vu en partant. Avec la chaleur, baignade improvisée !

Ni une ni deux, j’improvise une baignade bien rafraichissante, avec le sommet en fond 😉

Après la sortie, les pieds dans l'eau avec le Ventoux en fond, que demandez de plus ?

Après la sortie, les pieds dans l’eau avec le Ventoux en fond, que demander de plus ?

De retour à la voiture, le thermomètre indique déjà 29 degrés, il n’est pourtant pas encore 10h du matin… mais la chaleur ne m’empêchera pas de faire une sieste en début d’après-midi 😉

Et que mange-t-on après une sortie longue ? Rien de spécial, j’avais déjà préparé une salade de crudités la veille avec des légumes du marché (tomate, courgette, concombre, lentilles, salade, échalote, ail), j’ai simplement complété avec des pâtes pour les glucides et un œuf sur le plat pour les protéines, le tout accompagné d’un filet d’huile d’olive, de Provence bien sûr 😉

Le repas post-sortie, rien d'extraordinaire : des pâtes pour les glucides, un œuf pour les protéines, et des crudités parce que c'est de saison !

Le repas post-sortie, rien d’extraordinaire : des pâtes pour les glucides, un œuf pour les protéines, et des crudités parce que c’est de saison !

Les données de la sortie

Ma montre (la Polar RC3 GPS, testée ici) indique :

– 23,87km ;

– 1495m de montée, 1490m de descente (il n’est pas rare qu’il y ait une légère différence), soit un rythme de 750m par heure à la montée ;

– Une durée de 3h02, soit 7,8km/h de moyenne (j’ai coupé la montre pendant la pause au somment) ;

– Une FC moyenne de 152bpm (80% FCM) sur la sortie ;

– 1h58 de montée, soit 6,1km/h avec une FC moyenne de 157bpm (82% FCM);

– 1h05 de descente, soit 11,1km/h, avec une FC moyenne de 141bpm (74% FCM);

– Un bénéfice de la sortie : « Cet entraînement a augmenté votre tolérance anaérobique, et amélioré votre consommation maximale d’oxygène (VO2max) et votre efficacité. Il a également augmenté la vitesse que vous pouvez maintenir sans produire d’acides lactiques. La durée de l’entraînement a été suffisamment longue pour améliorer la résistance à la fatigue à la vitesse utilisée. Les glucides sont la principale source d’énergie que votre corps utilise à cette intensité d’entraînement.». Soit. Mais surtout, je me suis fait bien plaisir 😉

– Un « running index » de 34, ce qui correspondrait d’après Polar à un marathon en plus de 6h… Cet indice ne tient pas compte du dénivelé, il est donc complètement faux pour la plupart de mes sorties, dommage. Remarque, j’ai fait un peu plus d’un semi-marathon en 3h, il y avait « juste » le Mont Ventoux sur le parcours 😉

– En arrêtant le chrono, ma montre m’indique 2500km parcourus avec, moins d’un an et demi après son achat. Elle ne montre pas de signe de faiblesse, j’en suis toujours très satisfait, même si la programmation des séances est très limitée (j’en parle plus en détail dans le test du cardio Polar RC3 GPS)

Voici les courbes de fréquence cardiaque (en rouge) et de vitesse (en gris) :

Le détail de la fréquence cardiaque, la vitesse et l'altitude pendant la sortie.

Le détail de la fréquence cardiaque, la vitesse et l’altitude pendant la sortie.

Les « pics » d’allure vers le bas, à 0, sont sans doute les pauses photo 😉 On voit bien la hausse de FC quand j’ai accéléré juste avant le sommet. Ça ne se voit pas sur la courbe vitesse, car je n’allais pas plus vite mais la pente était plus forte ! Ça se voit d’ailleurs sur la courbe d’altitude, la courbe se redresse dans la dernière partie de l’ascension (18% de moyenne contre 12,5% dans la première partie).

Dans cette dernière partie d’ascension :

– Durée 15’, distance 1,3km, soit 5,1km/h de moyenne

– Fréquence cardiaque moyenne : 168 bpm (88% FCM)

– Dénivelé positif : 224m, soit 1000m positif à l’heure, pas si mal pour une fin d’ascension !

Bilan

Vous l’avez compris, je suis plus que satisfait de cette sortie. C’était une très belle sortie, même si le panorama en haut était limité. Partir de bon matin s’est avéré être un bon choix, pour éviter la chaleur et profiter du sommet quasiment tout seul, en ce début de vacances scolaires.

Côté course, rien à dire, j’étais bien en jambe et à l’aise pendant toute la sortie. J’ai pu accélérer sur la fin de la montée pour atteindre le sommet en moins de 2h. La descente s’est faite sans accros, sans faire chauffer les quadriceps ! Et la baignade improvisée à la fin fût bien rafraichissante 😉

Et vous, vous avez une sortie longue en préparation ? Tenté par le Mont Ventoux ?

Envie de progresser ?

Alors j'ai ce qu'il vous faut : un guide pour débuter en toute sérénité, avec des exemples de séance, des conseils sur le matériel, l'échauffement, la nutrition, la motivation, bref, tout pour bien commencer et mettre toutes les chances de votre côté pour que la course devienne rapidement un plaisir et non une contrainte, et pour longtemps 😉

Cliquez-ici pour apprendre à progresser en toute sérénité

À tout de suite !