J’ai ce sac à dos depuis plusieurs mois maintenant, testé à diverses occasions et j’aimerais vous en dire un peu plus sur le sac en lui-même et l’utilisation que j’en fais.

Le sac de profil, avec les belles couleurs d'automne ;)

Le sac de profil, avec les belles couleurs d’automne 😉

Les conditions du test

Quand j’ai eu l’opportunité de tester ce sac, je n’ai pas hésité, car sur le papier, il a tout pour plaire et c’était donc l’occasion de me faire mon propre avis. J’ai reçu le sac en Juin et je l’ai donc testé cet été et cet automne pour des randonnées à la journée ou sur 2 jours et en rando-course (plus de détails sur ce point dans la suite 😉 ).

Les caractéristiques du sac Angstrom 20 de North Face

  • Volume : 20 litres
  • 2 poches en tissu stretch sur le côté du sac, assez grandes pour y mettre une bouteille de 50cL. Ce sont des poches bien pratiques pour y mettre tout ce que l’on peut avoir besoin rapidement et souvent : bouteille d’eau, paire de lunettes, des gants, ou même une petite paire de jumelles;
  • Une ceinture au niveau des hanches avec 2 poches dont une en mesh;
  • Une ceinture au niveau de la poitrine qui s’ajuste en hauteur;
  • Une grande poche en tissu stretch à l’extérieur du sac;
  • Porte-matériel frontal avec élastique, maintenu par des éléments réfléchissants (utiles pour être vu de nuit de dos);
  • Une plaque de dos en mousse en forme de U avec des canaux de ventilation;
  • Housse de pluie (57g);
  • Le sac est en polyamide mini-ripstop 70D et polyamide Ripstop 210HT;
  • Poids : annoncé à 709g sur le site de North Face, pesé à 711g (avec la housse de pluie)
Vue de l'extérieur du sac avec les 2 poches sur la ceinture dont une en mesh, le porte-matériel avec l'élastique et la fixation pour les bâtons. À noter aussi la poche extérieure en tissu stretch

Vue de l’extérieur du sac avec les 2 poches sur la ceinture dont une en mesh, le porte-matériel avec l’élastique et la fixation pour les bâtons. À noter aussi la poche extérieure en tissu stretch.

Vue du dos avec les 2 ceintures (celle du haut est réglable en hauteur), la plaque de dos en U avec les canaux d'aération.

Vue du dos avec les 2 ceintures (celle du haut est réglable en hauteur), la plaque de dos en U avec les canaux d’aération.

L’intérieur du sac

  • Un compartiment pour mettre une poche à eau contre le dos, avec une sortie prévue pour le tuyau et un scratch en haut pour attacher la poche à eau
  • Un compartiment principal
  • Une poche avec fermeture éclair
  • Une poche en mesh
interieur sac Angstrom 20 North Face

L’intérieur du sac est simple mais suffisant. On accède facilement au fond car les zips de côté descendent assez bas. Le scratch pour la poche à eau est bien pratique et plus costaud que sur d’autres sacs que j’ai.

L’intérieur est assez simple et c’est très bien ainsi, car quand il y a trop de gadgets et des poches dans tous les sens, ça ne fait qu’ajouter du poids et je ne m’en sers pas au final.

Un mot sur le volume du sac

Que met-on dans un sac de 20 litres ? Si vous n’avez pas l’habitude des contenances de sacs, qui sont souvent exprimées en litres, 20 litres ne vous dit surement pas grand-chose 😉 Alors voici un exemple de ce que je mets typiquement dans ce sac de 20 litres :

  • 2 vestes de pluie
  • 2,5 litres d’eau
  • Un appareil photo
  • Une paire de jumelles
  • Une boussole
  • Portefeuille et clé de voiture
  • Téléphone portable
  • Le pique-nique pour 2
  • Une polaire
  • La carte IGN

Ça me permet de partir en randonnée à la journée à 2, en ayant quasiment toutes les affaires. Soit je charge le sac et prends toutes les affaires, en mettant une deuxième polaire dans le porte-matériel à l’extérieur ou alors l’autre personne prend sa polaire et de l’eau dans un sac plus petit. Pourquoi ne pas prendre un sac plus grand alors ? Réponse dans la partie « Mon utilisation du sac » 😉

Pour info, j’ai un sac de 5 litres qui est largement suffisant pour tous les trails courts, 20km et plus. Je l’ai utilisé pour un trail de 42km et je pense que je le prendrai également pour des trails un peu plus longs. Pour les trails courts de 20km, 5 litres c’est même « trop grand », mais bon, ça me permet de ne pas multiplier les sacs, car les prix sont tout de même élevés, même pour des volumes aussi petits.

Mon utilisation du sac Angstrom 20

D’après les caractéristiques du sac que je viens de vous donner et ce que je mets dedans habituellement, vous vous doutez bien que ce n’est pas un sac typé « trail » et ce n’est pas l’utilisation que j’en fais. Ce sac me sert en fait pour des randonnées ou rando-courses à la journée.

Qu’est-ce qu’une rando-course ?

Une rando-course, c’est tout simplement une sortie à mi-chemin entre une randonnée et une sortie trail. C’est-à-dire que c’est une sortie où l’on va globalement un peu plus vite qu’en randonnée, et un peu moins vite qu’en trail. Ça ne veut pas dire que l’on est entre randonnée et course pendant toute la sortie, mais plutôt que l’on est à allure « randonnée » à certains moments, et à allure « course » à d’autres. Ce sont des sorties que j’affectionne particulièrement et qui allient les plaisirs de la randonnée et de la course.

Le choix de ce sac

Ce sac Angstrom 20 de North Face me permet donc d’emmener des affaires pour une randonnée active à la journée, seul ou à 2 en chargeant bien le sac. Le gros avantage est qu’il tient très bien au dos et que son volume permet de courir facilement avec. L’autre personne a seulement besoin de prendre un petit sac (un 5 litres par exemple 😉 ) avec de l’eau et une polaire. Ce qui fait que nous pouvons tous les 2 courir sans problème. Avec mon sac de randonnée classique de 30 litres, je peux prendre toutes les affaires, mais je ne peux pas courir, ou alors le sac « saute » dans tous les sens dans les descentes et n’est pas du tout agréable pour courir. Au contraire, le sac Angstrom 20 ne bouge pas.

Le sac m’a également servi de sac de sommet lors d’une randonnée de 2 jours cet été : avec des amis, nous avons laissé les gros sacs au refuge (avec tentes, duvets, etc.) et j’ai seulement pris ce sac pour la dernière partie d’ascension. Voici justement une photo depuis le sommet 😉 (un indice, c’est dans les Pyrénées)

Sommet Mont Valier

Confort du sac

Je l’ai dit, le sac est très agréable à porter. Bien sûr, les bretelles ne sont pas aussi renforcées qu’un vrai sac de randonnée, mais on y gagne en poids et de toute façon le sac n’est pas destiné à être trop chargé en poids.

Au niveau du dos, le panneau en U en mousse rigide est suffisant. À l’intérieur, il y a également une plaque de dos pour rigidifier le tout, donc le sac ne s’écroule pas sur lui-même, même quand il est vide. Cela permet aussi de faire écran entre les affaires du sac et le dos, ce qui ajoute en confort.

Le système de ventilation n’est pas très poussé (il y a des « canaux de ventilation » dans la mousse du dos), c’est mieux que rien, mais moins aboutit que sur d’autres sacs. Ici aussi, c’est un bon compromis avec un design simple et un poids réduit mais ça ne vous empêchera pas d’avoir le dos humide, surtout en courant.

Avec les 2 ceintures fixées, il tient très bien au dos et ne verse pas sur les côtés quand on se penche ou quand il faut mettre les mains pour grimper. Je l’ai prêté à un ami qui l’a aussi trouvé impeccable pour une randonnée à la journée.

Mon avis sur l’équipement

J’affectionne particulièrement les poches sur la ceinture, qui permettent de mettre un petit appareil photo par exemple, ce qui permet de toujours l’avoir a porté de main, sans qu’il soit gênant pour courir.

La housse de pluie est indépendante du sac et se range dans une poche au fond du sac.

La housse de pluie est indépendante du sac et se range dans une poche au fond du sac. À noter l’élastique ajustable qui permet de serrer la housse sur le sac, c’est mieux qu’un élastique intégré qui finit par se détendre.

Autre point que j’apprécie : les poches latérales en tissu stretch, pour mettre une petite bouteille d’eau. Je m’en sers aussi pour mettre les « jambes » d’un pantalon 2 en 1, ce qui permet de les enlever facilement, et de les avoir à portée quand le temps devient plus frais, ou lors d’une pause. C’est bête, mais le fait de pouvoir les ranger facilement et de les avoir à portée incite plus facilement à les enlever ou les mettre quand la météo est changeante. Il m’arrive aussi d’y mettre mes lunettes de soleil ou une petite paire de jumelles, toujours dans le but des les avoir à portée, pour observer un isard sur une crête par exemple 😉

Je ne peux rien dire en revanche sur l’imperméabilité de la housse de pluie, j’ai eu la chance de passer à travers les gouttes jusqu’ici avec ce sac 😉 La housse peut même être laissée à la maison pour gagner un peu de poids (la housse pèse 57g).

Du côté des « moins », le système de fixation des bâtons sur le dos du sac est un peu light, j’ai quelques doutes sur la durabilité de l’élastique. Mais bon, je pourrai facilement le changer lorsqu’il cèdera. Pour le moment, il ne montre pas de signe d’usure, malgré plusieurs descentes, avec plus de 1000m en dénivelé négatif, en courant avec les bâtons dans le dos. Autre point qui pourrait être amélioré : le système de compression, car il n’y en a pas, tout simplement. Il y a bien un élastique sur le devant du sac qui permet d’attacher une polaire par exemple à l’extérieur du sac, mais ce n’est pas vraiment un moyen de compresser le sac quand celui-ci est peu rempli. Il faudrait pour cela que l’élastique existant soit rattaché au dos du sac et vienne sur les côtés, pour comprimer le tout, et non simplement attaché sur l’avant du sac.

Il faut tout de même relativiser ce manque, car un volume de 20 litres est vite rempli, ou du moins assez rempli pour que les affaires ne bougent pas, même en courant. De plus, ce n’est qu’en mode « course » que ça peut être gênant. En mode marche, peu importe s’il y a de l’espace dans le sac, rien ne bouge.

Aspect accessibilité

Je l’ai dit plus haut, j’affectionne les poches latérales en tissu stretch et celles sur la ceinture. Elles permettent d’avoir tout le petit matériel à portée de main.

Les 2 élastiques maintiennent bien la poche à eau.

Les 2 élastiques sur la bretelle maintiennent bien le tuyau de la poche à eau.

Pour le compartiment principal, on accède facilement au fond car les zips descendent bien sur les côtés (à mi-hauteur environ). Les poches intérieures sont suffisantes pour y mettre les accessoires dont on n’a pas besoin pendant la sortie : téléphone, portefeuille et clé de voiture notamment.

L’intégration de la poche à eau est bonne : il y a une sortie pour passer le tuyau vers l’extérieur et 2 élastiques sur chaque bretelle pour maintenir le tuyau en place, même pendant la course. Quand on est 2, je prends rarement une poche à eau car c’est moins pratique pour boire pour celui qui n’a pas le sac, on a tendance à tirer sur le tuyau et à abimer l’embout. Dans ce cas, je mets une ou deux bouteilles de 50cL dans les poches sur le côté et une grande bouteille à l’intérieur du sac. Quand la/les bouteille(s) sont vide(s), je la/les remplis tout simplement avec la grande bouteille, ce qui me permet de toujours avoir de l’eau à portée.

Voici une photo avec le sac bien chargé, les poches sur le côté permettent de garder l’eau à portée de main (la photo du sommet un peu plus haut à été prise depuis le pic à l’arrière plan à gauche de la photo ci-dessous 😉 ) :

Les 2 bouteilles sur le côté sont facilement accessibles. Là, le sac est bien chargé car j’ai les affaires pour 2 pour la journée. Du coup, il y a une polaire qui reste dans l’élastique à l’extérieur du sac.

Aspect durabilité

Pour le moment, rien à signaler côté usure. Les poches en mesh ne semblent pas se détendre ou s’abimer prématurément, c’est un bon point. Le dessous du sac n’est pas abimé non plus et la couche supplémentaire due à la poche de la housse de pluie renforce cette partie souvent sujette à une usure prématurée.

Avis sur le sac Angstrom 20 de North Face

Je suis vraiment très satisfait de ce sac, qui correspond parfaitement à l’usage que j’en fais : un sac pour la randonnée active (ou randonnée tout court) à la journée et pour les sorties de rando-course. En effet, le sac ne bouge pas dans le dos, même en courant et c’est un gros point positif pour un sac de ce volume. Le seul vrai bémol est l’absence d’un système de compression qui permettrait de tenir le tout quand le sac est peu chargé. Je ne le prendrai par contre pas pour un trail, car je n’ai pas besoin d’un sac aussi grand : mon sac de 5 litres est plus léger et suffisant pour les trails. Je l’ai par contre adopté pour toutes mes sorties à la journée 😉

Je pense que ce sac va dorénavant m'accompagner pour les sorties à la journée

Le sac est adopté, il m’accompagne dorénavant pour les sorties à la journée.

Ce test a été fait dans le cadre d’un partenariat avec solentbay.fr, qui m’a gentiment fourni ce sac, je les en remercie. Solentbay propose notamment des articles pour la montagne (dont ce sac 😉 ), avec un rayon trail/running que je vous invite à découvrir. À noter qu’il existe également une version pour femmes (je ne connais pas la différence avec le modèle homme).

Et vous, avez-vous déjà testé ce sac ? Quel sac utilisez-vous pour les rando-courses ? Si vous avez un avis à partager, des questions ou remarques, n’hésitez pas à laisser un commentaire 😉

Envie de progresser ?

Alors j'ai ce qu'il vous faut : un guide pour débuter en toute sérénité, avec des exemples de séance, des conseils sur le matériel, l'échauffement, la nutrition, la motivation, bref, tout pour bien commencer et mettre toutes les chances de votre côté pour que la course devienne rapidement un plaisir et non une contrainte, et pour longtemps 😉

Cliquez-ici pour apprendre à progresser en toute sérénité

À tout de suite !